Les rivages du nouveau monde - commentaires Les rivages du nouveau monde 2012-08-22T23:12:08Z http://www.merlanfrit.net/Les-rivages-du-nouveau-monde#comment1250 2012-08-22T23:12:08Z <p>Et nos colonnes te sont toujours ouvertes André, surtout pour parler de FF XII qu'on est nombreux à adorer.</p> Les rivages du nouveau monde 2012-08-22T22:11:57Z http://www.merlanfrit.net/Les-rivages-du-nouveau-monde#comment1249 2012-08-22T22:11:57Z <p>Merci beaucoup ! J'étais surtout ravi de tomber sur ton texte juste après mon nouveau run sur le jeu (aaaahhhh les vacances à Paris). Surtout que j'avais justement, à cette occasion, remarqué ce trajet, tellement immense et dont je n'avais plus le souvenir (trop occupé que j'étais, sans doute, à gérer la progression de mes persos, chose dont je ne me souciais pas cette fois-ci étant donné ma plus grande maîtrise des mécanismes du jeu). Du coup, j'ai pris le temps d'y réfléchir (un peu : il y aurait tant à dire sur ce titre...) ^_^.</p> Les rivages du nouveau monde 2012-08-22T19:00:42Z http://www.merlanfrit.net/Les-rivages-du-nouveau-monde#comment1247 2012-08-22T19:00:42Z <p>Ce que tu dis est très bien vu, très juste et formidablement bien écrit. Et c'est d'autant plus juste que la quête de FFXII réside dans l'espoir de s'affranchir d'un pouvoir divin pour vivre en homme libre. Ton commentaire est donc d'une rare pertinence.</p> Les rivages du nouveau monde 2012-08-22T08:38:24Z http://www.merlanfrit.net/Les-rivages-du-nouveau-monde#comment1246 2012-08-22T08:38:24Z <p>Je pense que c'est de loin le plus long voyage proposé par un RPG jap (quoique, on peut marcher longtemps dans FFVI :). Surtout qu'en fait, il ne s'arrête pas à la côte de Phon (restent les landes de Tsita puis le palais enfoui de Sohen avant Archadès, deux gros morceaux) ! Ce trajet constitue vraiment le cœur du jeu, situé comme il l'est en plein milieu de l'aventure : et je suis d'accord, ce n'est pas un trou dans la narration, c'est la narration elle-même (et même le sujet du jeu) ! FFXII est un titre "horizontal" (point d'ailleurs immédiatement annoncé par l'infinie mer de sable que l'on parcourt au début, ou encore par l'impossibilité d'orienter la caméra suffisamment lointainement pour apercevoir la hauteur des bâtiments). Il nous enjoint à trimballer à pied nos personnages (la location de chocobos étant volontairement proposée à des prix exorbitants) vers un horizon toujours plus lointain. Et les seules maps jouant sur la verticalité relèvent soit d'un espace ennemi (l'empire et son Archadès), soit d'un espace divin pas plus accueillant (le phare de Ridorana, l'arrivée dans le grand cristal). Ce qui caractérise l'humanité libre (la "résistance" que vous incarnez) se retrouve donc dans cette capacité à parcourir toujours plus avant l'horizon, à tracer un sillon, à construire un chemin viable dans la nature, qui s'affranchirait et de l'artificialité des grandes villes et des espaces divins...</p>