Papillotes 2011

ICO & Shadow of the Colossus : Classics HD, Oddworld : Stranger’s Wrath HD

20- Un saut dans la Delorean

Ocarina of Time, Splinter Cell, God of War, House of the Dead Overkill, Resident Evil, ICO & Shadow of the Colossus, Halo, No More Heroes, Goldeneye, Radiant Silvergun, Metal Gear Solid, Dead Space Extraction, la Fureur de l’Etranger ou encore Beyond Good & Evil : regarder le calendrier des sorties en 2011, c’était s’exposer au risque de replonger plusieurs années en arrière.

Il serait aisé de n’y voir qu’une preuve supplémentaire de l’avidité des éditeurs qui, profitant de l’absence de rétrocompatibilité sur cette génération et de la nostalgie des joueurs, refourguent paresseusement les gloires passées de leurs catalogues. Ce serait négliger que le reste de la production n’en a pas souffert, avec une fournée honorable de titres de grande envergure. Mais ils permettent aussi d’apporter au plus grand nombre des succès critiques qui n’avaient pas rencontrés leur public, dans des versions profitant des consoles HD.

L’expérience de certains jeux en est modifiée, avec un framerate enfin acceptable pour Shadow of the Colossus, un second stick pour la caméra de Peace Walker, ou encore les aides et la 3D relief dans Ocarina of Time. Ces modifications peuvent en tout cas faire s’interroger sur la sauvegarde du patrimoine vidéoludique : doit-on nécessairement réécrire et enjoliver le passé pour le faire vivre aujourd’hui, au risque de le trahir ? On pense aussi à la refonte graphique des Monkey Island : l’obsolescence technique s’accompagne-t-elle d’une déliquescence ludique ?

Ce n’est pas si certain : beaucoup de ces titres ne font pas doublon avec les jeux actuels, ils comblent de vrais manques apparus depuis leur sortie originelle : l’infiltration est tombée en désuétude, les jeux d’Ueda n’ont pas de vrais successeurs, et No More Heroes ou la Fureur de l’Etranger sont encore hors pair. Ils confirment que leur game design restent tout à fait pertinents aujourd’hui. Le succès de Minecraft atteste également qu’une technique désuète n’empêche pas de profiter d’excellents concepts.

Si la technologie ne va elle qu’en s’améliorant, ces remakes HD prouvent que certains titres méritent de retourner vers le futur, pour égayer anciens et nouveaux joueurs, et aiguiller éditeurs et développeurs.

Il y a 7 Messages de forum pour "20- Un saut dans la Delorean"
  • ippo Le 20 décembre 2011 à 10:08

    Même si, comme tu le précises justement, "l’expérience de certains jeux en est [parfois] modifiée", je préfère employer le terme de "restauration" plutôt que de remake.
    Dans la plupart des cas, l’essence de l’œuvre originale est conservée, et les quelques ajouts ne font que renforcer les traits déjà présents au départ. Même dans le cas de Shadow of the Colossus : cette fluidité ne nous montre que la vision qu’avait Ueda en concevant le jeu. Cette vision allait au-delà de ce que pouvait supporter la PS2, on le vit désormais tel qu’il était dans l’esprit de son créateur.

    Je suis toujours heureux d’apprendre la mise sur le marché de ces jeux "remasterisés". Restaurer quelques œuvres du passé, même d’un passé proche, c’est aussi leur assurer un nouvel avenir : auprès de joueurs qui les découvriront, ou tout simplement pour vivre encore quelques années très sereinement sur des supports HD qui reflètent assez mal les plaisirs des jeux aux moteurs 3D (contrairement à la 2D qui vieillit beaucoup mieux).
    On fait désormais avec les jeux, ce que l’on a déjà fait avec le passage des K7 aux Laser Disc, puis aux DVD, et enfin aux blu ray : on prolonge la vie de grands classiques en les adaptant à de nouveaux supports.
    Cela ne les tue absolument pas dans leur version originale, mais cela multiplie les moyens d’y accéder !

  • Harold Jouannet Le 20 décembre 2011 à 10:33

    C’est le cas la plupart du temps. Mais comme George Lucas qui en profite pour retoucher ses Star Wars en douce à la faveur des rééditions DVD et Blu ray, on ne sait jamais vraiment ce à quoi ils touchent. BluePoint Games, à l’origine des remasters God of War et ICO & SotC disaient que la question des bugs et glitchs connus n’était pas évidente : faut-il les laisser ou pas ? Ils laissent le dernier mot aux développeurs originaux, mais ça peut parfois avoir un impact sur l’expérience de jeu. Je crois me rappeler avoir vu des gens râler parce que Radiant Silvergun était fluide et que ça rendait désormais le jeu un poil plus facile ^^ !
    Si un remake venait à corriger le snaking d’un Mario Kart, ça changerait beaucoup l’expérience.
    Quand tu vois aussi que le prochain Tony Hawk HD n’aura vraisemblablement pas la même bande son, c’est dérangeant.
    Donc effectivement, ça permet à plus de gens de découvrir un jeu, mais faut être conscient que la démarche est pas toujours celle du respect stricte de l’oeuvre originelle.

  • ippo Le 20 décembre 2011 à 10:58

    Tout n’est pas tout rose, je suis d’accord avec toi.
    C’est pour cela que la meilleure restauration possible reste celle qui est un minimum chapeautée par le concepteur de l’œuvre.
    C’est une bonne garantie pour que l’œuvre originale soit respectée. Et il me semble que c’est globalement le cas, et en tant que joueur (ou spectateur, pour le cinéma), je me plie aux volontés des créateurs sur leurs propres œuvres. Comment pourrait-il en être autrement ?

    Je ne savais pas pour Tony Hawk HD : c’est dommage, mais ce doit être une question de droits plutôt qu’une volonté ?

  • Harold Jouannet Le 20 décembre 2011 à 11:06

    Oui enfin, la volonté de George Lucas, les fans s’en passeraient bien je crois ^^. Après, c’est pas nécessairement un mal, faut juste savoir dans quoi on rentre. J’ai rien contre les mises à jour, c’est juste pas exactement le même jeu.
    Pour Tony Hawk HD, c’est une histoire de droits oui. Il faudrait qu’ils aient la motivation et la possibilité (financière) de convaincre les artistes de l’époque, puisque les accords ne valent que pour un jeu. C’est Activision dont on parle, en passant. Alors ils invoquent le fait que la franchise a fait découvrir de nouveaux artistes lors de sa sortie, et qu’ils pourraient avoir envie de faire découvrir de jeunes talents d’aujourd’hui... Mouais.

  • ippo Le 20 décembre 2011 à 11:40

    Au sujet de Lucas, même si on n’apprécie pas ce qu’il a fait, défait, refait, ce sont ses films et ses œuvres. Fan ou pas fan, on ne peut qu’accepter ce qui est. Mais on est libre de préférer ce qui était, ou regretter ce qui aurait pu être, je comprends mal que l’on puisse en vouloir à quelqu’un lorsqu’il s’agit de ses choix, et de son travail ^^.
    Mon fils prend, depuis peu, plaisir à découvrir les Star Wars (dans l’ordre cinématographique, IV, V, VI, puis I, II et III), et même si avec le recul, on peut trouver à redire sur certaines scènes, je me régale de ces moments de découverte d’une grande saga à travers les yeux d’un enfant. Sans juger autre chose que la joie de l’instant ^^. Oups, je quitte le sujet de départ de cette papillote pourtant encore une fois tout à fait à mon goût, et je m’en excuse.

    Au sujet de Tony Hawk, c’est totalement idiot ces histoires de droits distincts pour la bande son...

  • rhed308 Le 20 décembre 2011 à 11:43

    Je me demande souvent si ces rééditions me sont destinées. La crainte de voir modifier l’œuvre originale qui m’avait tant plus ne risquerait-elle pas d’attaquer les souvenirs agréables que j’en ai conservé ? J’ai surtout le sentiment qu’elles se destinent aux joueurs n’ayant jamais joué à ces jeux par le passé. Ceux-ci ne verrons pas forcément les modifications apportées et apprécieront le jeu comme une première découverte de l’univers.

    Ma dernière crainte en date concerne la compilation MGS dont les retours des fans semblent plutôt négatifs, si j’ai bien compris.

  • Eidolon Le 21 décembre 2011 à 01:05

    Pour les monkey, le jeu original est instantanément accessible avec une manip’ (sur iPad en tout cas). C’est une idée interessante, de rendre le jeu original accessible a tout moment (visiblement Halo Anniversary le permettrait aussi...)
    Finalement une idée serait de mettre l’ancien avec le remake (un peu comme le DVD des aliens dans la boite du bluray, bluray sur lequel on retrouve le film dans sa version cinéma originale ainsi que la "director’s cut"). En voilà des bonnes idées à envoyer au commerciaux qui nous veulent du bien :)

Laisser un commentaire :

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

© Merlanfrit.net | À propos | web design : Abel Poucet