La criée

Le jeu de tous les jeux

Je suis sensible aux achievements. Aux succès, aux trophées, aux exploits, aux hauts faits, quel que soit le nom que vous leur donnez : bref, ces bons points qui surgissent à intervalles réguliers, saluant la progression du joueur comme les petites images distribuées par les instituteurs d’antan. J’aime à les voir se hisser dans le coin de l’écran, je consulte les conditions pour en obtenir toujours plus. Parfois même, je vais jusqu’à examiner la répartition de ces médailles dans l’ensemble des joueurs : combien d’entre eux ont battu ce boss ? quel proportion a terminé le jeu ? et moi, où en suis-je ?

Pour cet article, on restera sur le terme achievement et on s’appuiera sur le système mis en place par steam. Mais le principe doit s’appliquer à votre plate-forme ludique préférée.

Il y a des achievements de toutes sortes : le zélé qui félicite le joueur lorsqu’il ouvre une porte ou sort son flingue pour la première fois ; celui, plus sérieux, qui note simplement les passages les plus ardus ; plus hardcore, d’autres incitent à faire la même chose mais avec un bras dans le dos ; il y a le collectionneur, qui attend du joueur qu’il ratisse méthodiquement l’univers ludique à la recherche de tous ses items ; le rigolo enfin, aux conditions les plus absurdes. À partir de cet éventail, chaque jeu choisit son style. Team Fortress 2 récompense tout et n’importe quoi, les Paradox en ont fait un éventail de défis pour la plupart très ardus, tandis que le sobre the Witness ne récompense que ses deux fins.

Quel qu’il soit, l’achievement incarne une composante essentielle du jeu au sens large, qui manque justement au jeu vidéo, pratique essentiellement solitaire : la reconnaissance sociale. Obtenir un achievement, c’est la preuve que nous faisons partie d’un certain groupe de joueurs. Comme toute expérience culturelle, nous jouons à un jeu vidéo aussi parce qu’il nous rassemble. (Aurait-on l’envie d’essayer un jeu unique au monde, dont on serait certain d’être le seul joueur ? Peut-être, mais cela ajouterait une sensation étrange.)

Les achievements transcendent donc la solitude du joueur en une expérience commune ; y compris, et c’est là le tour de force, dans les jeux les plus narratifs, les plus solitaires. Pour tenter une analogie, c’est un peu comme s’il y avait des compteurs pour ceux qui auraient trouvé le coupable du Meurtre de Roger Ackroyd avant la fin, ou parviennent à regarder Funny Games sans jamais détourner le regard. En y réfléchissant, c’est exactement le genre de comparaison que l’on fait entre amis autour d’une bière ... le processus, ici, est donc naturellement automatisé.

Méta-arène

De la socialisation à la compétition, il n’y a qu’un clic. Celui qui permet de constater que telle action précise a été également réalisée par un pourcentage des joueurs. Que 50.7% des joueurs de Skyrim ont acheté une maison, ou 21.6% ont terminé le mode histoire de GTA5, à la date d’écriture de cet article. Encore une fois, il est humain de se comparer aux autres. Consulter ces ratios est aussi un moyen de se rassurer en se sachant dans la norme, voire de s’auto-satisfaire lorsque l’on se retrouve un peu plus au-dessus.

Notons bien qu’il aurait été possible de remplacer la compétition par la coopération. On pourrait imaginer une jolie médaille pour tous, si la condition — battre un boss donné, par exemple — était remplie, mettons, par un million de joueurs différents. En leur temps, certains MMOs ont choisi de telles méthodes. Mais ici, non. L’homme — ou tout au moins la culture occidentale et essentiellement orientée vers un public masculin — préfère l’affrontement social.

Changement de stratégie

Quelle que soit la motivation exacte, le principal est que les achievements ont le pouvoir de changer notre façon de jouer. À partir du moment où un premier achievement s’affiche sur mon écran, je vais régulièrement en cours de jeu regarder où j’en suis. Et il m’est très difficile d’accepter de quitter un jeu tant que je n’y ai pas obtenu au moins les achievements médians, c’est-à-dire ceux obtenus par plus de 50% des joueurs.

Jusqu’à cet objectif et par la suite, mon comportement va dévier par rapport à mon expérience "nue", c’est-à-dire sans la motivation d’attraper quelques médailles de plus. Ce n’est pas systématique ; tout est une question de mon évaluation de l’effort supplémentaire à fournir. Dans mon cas personnel, j’abandonne assez rapidement les achievements qui consiste à collectionner tous les objets d’un type donné, leur préférant ceux qui rajoutent un petit cran de difficulté.

J’ai beau me sentir un peu honteux de fonctionner avec une carotte aussi primitive, il faut bien reconnaître qu’elle fonctionne. Peut-être n’aurais-je pas osé tenter Pillars of Eternity en mode "expert", si je n’avais pas consulté la page des achievements au préalable et constaté que finir le jeu ainsi m’incluait dans une élite de joueurs ; je n’aurais pas non plus essayé d’affronter les terribles mechas de Brigador à bord d’un tuk-tuk ; peut-être n’aurais-je pas eu la même motivation à finir tous les Zachtronics. Or, dans ces cas, j’ai beaucoup apprécié l’expérience pour elle-même : la conscience de l’achievement incite à varier les expériences, et enrichit possiblement le gameplay.

On comprend donc l’intérêt que les studios ont à ajouter de tels trophées pour un coût de développement minime. Dans le pire des cas, ils ne servent à rien ; dans le meilleur, ils accrochent le joueur et augmentent la durée de vie, jusqu’à peut-être donner une deuxième chance à un titre qui manquerait de motivation intrinsèque. Avec le risque, toutefois, que le méta-jeu de l’achievement empiète trop sur le gameplay originel du jeu. Car les mécanismes psychologiques en jeu, trop primaires, ne sont pas forcément contrôlables. On n’est pas si loin des systèmes addictifs dont Hearthstone était l’exemple-type : habitude, micro-plaisir, récompense.

Astats ira, ça ira, ça ira

De jeu en jeu, votre réseau social vidéoludique favori affiche les dernières réussites de vos amis-contacts, incitant à rejoindre leur jeu pour s’y comparer. Et puisqu’il est tentant d’agglomérer tous ces résultats en un seul indicateur, des systèmes comme AStats ou TrueSteamAchievements attribuent à chaque achievement une valeur numérique, que l’on peut sommer et trier pour obtenir un classement général de tous les joueurs dans l’absolu. Sur AStats, la formule exacte de distribution des points reste obscure, ce qui est probablement volontaire. Mais on voit grossièrement le principe : on divise la taille de la population ayant obtenu n’importe quel achievement du jeu par par le nombre de ceux ayant obtenu l’achievement en question. Plus il est difficile, moins nombreux sont ceux qui l’obtiennent, plus cela fait de points. Ceux qui complètent tous les achievements d’un jeu obtiennent également quelques points bonus.

Ce genre de calcul n’est pas endossé par Steam lui-même, car il est évidemment biaisé. La distribution des achievements est simplement trop hétéroclite. La formule adoptée arrange les jeux ayant choisi de récompenser un peu n’importe quoi, et désavantage ceux qui sont avares de compliments, comme The Witness dont on parlait plus haut. En réalité, quel que soit le calcul, il y aura toujours des petites failles dans un tel système.

Capture d’Astats, page de Garry’s Mod.

Comme vous m’êtes sympathiques, je vous donne d’ailleurs ma propre martingale : Train Simulator. C’est un jeu que beaucoup possèdent, parce qu’il est souvent passé en promotion. La plupart des joueurs lancent une ou deux parties, cochent un des achievements de base, déraillent ou brûlent un feu rouge, et s’arrêtent là. Très rares sont ceux qui vont jusqu’à acheter des DLCs à 30€ pièce et terminer chaque scénario en respectant religieusement le code du cheminot — ce qui m’arrive à mes temps perdus ; chacun ses vices. Il y a donc beaucoup de joueurs en tout, mais dont très peu décrochent la plupart des quelque mille achievements disponibles, qui valent donc un maximum de points.

Qu’importe que cette quête semble absurde. Oui, il peut paraître dommage de perdre complètement de vue le jeu originel pour quelques médailles, notamment en ce qui concerne les jeux narratifs ; ou pire, les puzzles, dont il suffit de recopier la solution trouvée sur internet. Un chasseur d’achievements interviewé par PCGamer le dit : c’est une barrière que l’on franchit soudainement. Toute la question est de déterminer lequel, du jeu ou du méta-jeu, nous importe le plus. Chacun fera son propre tri.

Image-titre : détail de l’illustration pour L’Homme des Jeux de Iain M. Banks.

Il y a 2 Messages de forum pour "Le jeu de tous les jeux"
  • Saib Le 20 juillet à 15:49

    Ce qui m’inquiète, en temps que joueur solo détestant la compétition et ne prêtant pas trop attention aux achievements (en dehors de la micro-récompense sonore et visuelle), c’est de savoir que cela va compter pour certain de mes contacts et qu’ils vont se comparer à moi.

    Je fuis les jeux multi et la compet’, mais au final je fais partie d’une compétition dont j’ignore l’existence. Joie ! Bon après libre à moi d’en faire abstraction mais si je déteste l’aspect compétitif c’est justement que je n’arrive pas à l’ignorer, que ça m’apporte de l’anxiété.

    Un autre phénomène curieux concerne les sites et forums spécialisés sur les achievements, je trouve ça assez dingue. Je n’ai pas de jugement négatif, mails c’est marrant de constater que cela peut devenir une fin en soi, le méta-jeu prend le dessus sur le jeu. Le paroxysme : des joueurs pouvant choisir un jeu en fonction de la facilité à pouvoir en obtenir les trophées. Finalement c’est le même type de raisonnement qui t’a fait choisir certains jeux en fonction de la difficulté à en obtenir les achievements, pour le côté élitiste de la chose (parce que rare et/ou difficile).

    Enfin petit clin d’oeil concernant Nier Automata (à quand l’article ?!!) où l’on peut acheter les trophées dans une boutique in-game, comme un message direct du réalisateur au joueur "si tu viens pour ça tiens t’embêtes pas voilà tes trophées, sinon joue à mon jeu".

  • Saib Le 20 juillet à 15:50

    Ah et merci beaucoup pour l’article ! (quand même).

Laisser un commentaire :

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

© Merlanfrit.net | À propos | web design : Abel Poucet