Poisson frais

Payday 2

L’Absolue perfection du crime

Il n’y a sans doute pas de réponse unique à la question de la manière de faire une narration (interactive) de qualité dans le jeu vidéo. Payday 2 apporte sa réponse, intéressante et convaincante, valable uniquement si l’on y joue en multi.

Payday 2 c’est l’autre jeu de bandits de cette rentrée 2013. Il permet à quatre joueurs de vivre en coop différentes scènes de braquage. Le jeu repose sur une sorte de « formule magique » qui le rend particulièrement attrayant. Les ingrédients de cette formule : des personnages personnalisables avec des compétences qui leur permettent de tenir un rôle bien particulier, des mécaniques et des sensations de tir qui viennent tout droit de Call of Duty, et des cartes avec des éléments aléatoires.

Concrètement, comment se déroule un casse dans Payday 2 ? Essayons de décrire un casse type, même s’il n’y en a pas vraiment puisque ça change pas mal d’une partie à l’autre, et limitons-nous au coop avec un ou plusieurs amis en ligne parce que c’est dans cette configuration que le jeu délivre ce qu’il a de meilleur. Après avoir choisi la mission, on débarque dans la carte correspondante et commence le repérage des lieux. Pour une carte donnée, la position d’éléments essentiels change, ce qui veut dire par exemple qu’on ne connait pas à l’avance où se trouve le coffre de la banque qu’on doit dévaliser, la position des caméras, le nombre de gardes, l’endroit où se trouve la salle de sécurité, quelles portes sont fermées, etc.

Si l’on veut faire correctement le boulot, on se répartit alors les rôles pour analyser la situation dans le but de bâtir un plan d’action et on communique dans cet objectif. On décide ensemble de la manière dont on va investir la salle de sécurité pour rendre les caméras inopérantes, qui va s’occuper en douce de ce garde qui tourne autour de la salle des coffres pendant qu’un autre va forcer la porte de derrière, ce genre de choses. C’est donc la première étape qui nous fait jouer le rôle de bandits qui élaborent le plan de leur casse. Ensuite, on enfile les masques et on essaie d’appliquer le plan d’action choisi. Là encore ça va discuter sévère entre joueurs, voire ça va commencer à se parler un peu fort, notamment parce que l’imprévu peut débarquer à tout moment, par exemple sous la forme d’un civil qui va se pointer là où il ne faut pas et qui va nécessiter une intervention immédiate et éventuellement coordonnée entre les joueurs sous peine d’alerte générale.

Si tout se passe bien, parfait, c’est alors le casse propre, le casse idéal. Forcément, c’est satisfaisant. Mais bien souvent ça ne se passe pas bien, l’alerte finit par être donnée et le plan vole en éclat. On passe alors à la troisième phase, celle où on va devoir contenir des vagues de flics plus ou moins armés selon le niveau de difficulté de la mission, tout en continuant à remplir les objectifs. Fini le jeu à peu près posé de la préparation du plan et de son application, tout s’accélère et il va falloir réagir en conséquences pour espérer tenir. Et entre associés sous pression on ne se parle plus du tout pareil, surtout si on se connait bien. « Mais tu vas me couvrir bordel », « tiens ta position au lieu de faire le con », « OK, je vais la réparer ta putain de perceuse », etc. On se donne des ordres, on se coupe, on s’insulte, on ne se comprend pas, on panique, on se félicite. C’est badass à mort. Et éventuellement le casse se termine bien…

Le petit exploit, c’est que Payday 2 arrive comme pas deux à nous faire jouer des bandits. Il s’agit ici de jouer au sens de faire l’acteur. Lors de la phase de repérage et de préparation, on agit et on se parle comme des gangsters qui font un repérage et qui préparent un plan. Idem pour l’application de celui-ci et pour la survie face aux assauts successifs de la police. Nous ne faisons pas que manipuler un avatar qui effectue des actions de bandit, c’est aussi parce que nous jouons ensemble, qu’au fond nous formons un véritable gang, et que nous communiquons entre nous de manière adaptée au contexte et aux événements, que nous finissons par incarner à ce point des bandits, ou plus exactement ce que nous imaginons être de vrais bandits. Ce n’est pas la moindre qualité de Payday 2 que de réussir une telle mise en situation. Bien sûr, les joueurs doivent aussi y mettre du leur mais le jeu fait très bien le boulot pour qu’ils y parviennent sans même s’en rendre compte. Et une fois notre mission terminée, on se dit qu’on a écrit l’histoire de notre propre casse, en grande partie parce que c’est nous qui en avons écrit et joué les dialogues. Emergence narrative ?!

Il y a 3 Messages de forum pour "L’Absolue perfection du crime"
  • Laaris Le 30 septembre 2013 à 14:44

    La mécanique de jeu a l’air de se rapprocher de celle d’un JdR sur table, c’est très tentant. Encore faut-il avoir des camarades de jeu ... L’expérience doit avoir beaucoup moins d’intérêt en ligne avec des inconnus non ?

  • Poppy Le 30 septembre 2013 à 16:02

    Si on veut s’y croire un minimum, c’est clair qu’il vaut mieux pratiquer le jeu avec des gens qui supportent qu’on les insulte, donc plutôt avec des amis. Je croyais l’avoir dit dans l’article mais en fait non...
    L’autre chose intéressante dont je n’ai pas parlé non plus est l’importance de la communication comme élément de gameplay. Rarement jeu coop/multi ne m’a semblé nécessiter une communication entre joueurs aussi précise et aussi maîtrisée. Dans l’urgence, si on veut que le coéquipier fasse ce qu’on a envie qu’il fasse, vaut mieux bien se faire comprendre et vite. Il peut y avoir aussi la mise en place de rapports de force assez intéressants.

  • Flouiz Le 1er octobre 2013 à 14:43

    Le sentiment d’être un braqueur est très fort lorsqu’on début le jeu, on à vraiment l’envie de faire le casse parfait. Par contre, une fois les mécaniques et éléments aléatoire connu le besoin de se parler s’atténue dans l’escouade ce qui diminue le côté risqué de chaque action. Le sentiment d’être un braqueur s’étiole encore plus quand on commence à pouvoir rusher des missions pour un peu plus d’expérience ou de cash. Heureusement qu’il y a les missions qui s’effectuent sur plusieurs journées pour redonner du piquant à l’aventure !

Laisser un commentaire :

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

© Merlanfrit.net | À propos | web design : Abel Poucet