Papillotes 2011

Uncharted 3

6- Elena

Elena fait rentrer Drake au Yemen

Avec la série Uncharted et son troisième épisode, la scénariste Amy Hennig affirme sa volonté de proposer des personnages féminins forts. Elena en est le parfait exemple. Alors que Nathan Drake part explorer le monde pour mettre à sac des temples perdus, Elena travaille toujours comme journaliste, en quête de vérité et de justice, et après avoir mis au jour les exactions d’un criminel de guerre au Népal, elle est grand reporter au Yemen. Femme du monde, elle parle plusieurs langues dont l’arabe et ouvre ainsi de nombreuses portes à Drake et Sully.

Elle s’est assagie depuis le premier épisode et est désormais le garde fou moral et responsable qui met Drake en garde contre ses lubies. Elle reste cependant aussi intrépide que lui quand la cause en vaut la peine, élaborant seule un plan de sauvetage de Sully de la même façon qu’elle partait sauver le monde à Shambala. Et s’il lui arrive de se faire capturer comme toute héroïne de jeu vidéo, c’est parce qu’elle a déjà sorti Drake d’un même mauvais pas auparavant.

Attentionnée et prévenante, Elena se soucie d’un enfant tibétain comme de son caméraman, de son ami Sully comme du traître Flynn. Elle n’a pas peur de montrer ses sentiments ou d’être féminine, mais elle est loin de subir sa relation avec Drake ou de n’être qu’une potiche à conquérir. Elle ne manque en tout cas pas d’humour ni d’esprit lors de ses prises de bec.

Elena est donc une femme forte et indépendante, intelligente, charmante sans être une femme-objet, chaleureuse et humaine. Contrairement à Drake qui est souvent maladroit et inconsidéré, son seul défaut est, comme dans les entretiens d’embauche clichés, d’être obstinée. De toute évidence créée avec l’ambition d’en faire un modèle de personnage féminin dans un média trop souvent centré sur les hommes, Elena m’apparaît comme une franche réussite.

Elena s'occupe de Drake

Il y a 15 Messages de forum pour "6- Elena"
  • ippo Le 6 décembre 2011 à 09:03

    Merci pour cette papillote, elle est tout à fait à mon goût.

    Je partage ton point de vue sur Elena, et ce moment intime qui est illustré par le dernier cliché est celui qui apparait dans mon expérience comme l’un des meilleurs et des plus forts du jeu. Pourtant si simple, si court, et tout en retenue. On retrouve ici l’essence même de ces personnages dans ce qu’ils ont de tout à fait humain. Et c’est là le témoignage du talent d’écriture d’Amy Hennig et de sa sensibilité.

    Elena, c’est peut-être le point d’équilibre dans la balance des illusions de Nate.

    Merci pour ce texte.

  • Nano Le 6 décembre 2011 à 14:34

    J’aime beaucoup Elena, je la préfère de loin à Chloé, un peu trop typée vilaine garce à mon gout pour être vraiment crédible.. Néanmoins, tu ne mentionnes pas le fait qu’elle participe activement au massacre d’une bonne centaine de badguys dans la trilogie. Ça va pas mal à l’encontre de ton article et moi, c’est un point de narration qui m’a toujours un peu gêné (d’ailleurs, ça me gène à travers toute la trilogie Uncharted).

  • Le Yéti Le 6 décembre 2011 à 15:07

    Je suis assez d’accord avec Nano et j’ai d’ailleurs détesté le boss de Uncharted 2 à cause de ça... Mais bon, c’est aussi le genre qui veut ça.

  • Poisan Le 6 décembre 2011 à 16:23

    C’est marrant, j’ai toujours préféré Chloé qui est plus "bad girl" mais surtout plus trouble (cf. ses multiples revirements dans UC2). Malheureusement, elle reste plutôt au second plan dans UC3.

    Ce qui me plaît chez Elena, c’est sa voix un peu bancale qui lui donne une certaine fragilité.

    On retrouve l’opposition blonde / brune, mais inversée par rapport aux canons modernes selon lesquels la bimbo serait plutôt blonde et la femme intègre plutôt brune. Au cinéma, il faut remonter aux premières décennies du vingtième siècle pour trouver une autre règle d’usage. Dans L’Aurore de Murnau, la vamp pervertie de la ville est brune alors que la femme fidèle au cœur pur est blonde et bouclée. Depuis, Marilyn et Sharon Stone sont passées par là. Aujourd’hui, les clichés culturels ont été inversés, mais tendent de plus en plus à se mélanger.

    C’est encore l’occasion de voir qu’Uncharted aime jouer avec les codes et les genres.

  • Harold Jouannet Le 6 décembre 2011 à 16:26

    La violence est un problème de la trilogie en général, pas vraiment spécifique à Elena, qui est bien plus mesurée de ce côté là que les autres personnages.
    C’est tout de même souvent de la légitime défense, et c’est aussi un moyen de montrer qu’elle est aussi capable qu’un autre (Chloe me parait aussi plus égoïste et pragmatique que réellement typée vilaine).
    Je ne suis même pas sûr qu’elle tire un seul coup de feu dans Uncharted 3 (la salle souterraine avec les fumigènes, peut-être pendant l’infiltration de l’aéroport, pas plus).

  • Harold Jouannet Le 6 décembre 2011 à 17:40

    @Poisan : à ce propos, Elena était censée être brune au départ, plus "girl next door" banale, mais après les premiers retours, d’autres impératifs ont prévalu et elle a été rendue blonde.
    http://snpr.cm/tvxsvo.png

  • BlackLabel Le 6 décembre 2011 à 18:36

    J’ai du mal avec l’évolution des personnages d’Uncharted. Dans le premier Elena c’est la fille sympa, curieuse et un peu casse-cou dont les garçons cherchent à se débarrasser, et cette trahison est sans conséquence. Tout est léger. Elle pousse Drake à l’aventure quand il veut abandonner car elle y a pris goût.

    Dès le deux elle devient moralisatrice, journaliste concernée par les bobos du monde, quand Drake passe d’archéologue filou mais pas téméraire à chasseur de chimère obstiné dans le 3. J’ai l’impression que ND ne sait pas où il va avec ses personnages.

  • Nano Le 6 décembre 2011 à 22:22

    BlackLabel : Cela laisse supposer qu’il se passe des choses entre les épisodes. J’apprécie beaucoup justement ces quelques sautes dans le tempérament des personnages. Et puis celui d’Elena va clairement vers la maturité....
    En fait, je crois que je n’aime pas voir un personnage trop camper ses convictions et son comportement au fil des épisodes d’une série (TV ou vidéo ludique).. celà la rend presque trop irréelle et cliché.

  • Simon JB Le 7 décembre 2011 à 14:19

    (je n’ai pas encore joué à Uncharted 3)

    Clairement, j’ai du mal à être enthousiasmé par les personnages et l’écriture d’Uncharted. Je pense qu’on a tendance à se focaliser là dessus parce que c’est écrit par une femme, mais je ne trouve pas l’écriture plus mature ou la psychologie des personnages particulièrement fouillée.

    On reste quand même dans un univers très indiana jones, où on se balance vanne sur vanne tout en tirant sur des milliards de bad guys. Les filles ont un soupçon de caractère et de personnalité, mais comme elles sont réduites au rôle de faire-valoir ou de sparring partner j’ai du mal à les considérer comme des personnages à part entière avec leurs émotions et leur passé (et ça vaut aussi pour Sully).
    Bref, c’est un esprit très blockbuster. Plutôt honnêtement écrit, mais enfin on reste loin d’un buffy ou du personnage de la princesse dans l’avant-dernier PoP (dont le caractère et la personnalité s’affirmaient autant via le gameplay que par des cutscenes et des petites vannes).

  • BlackLabel Le 7 décembre 2011 à 15:02

    Nano : Cela laisse supposer qu’il se passe des choses entre les épisodes. J’apprécie beaucoup justement ces quelques sautes dans le tempérament des personnages. Et puis celui d’Elena va clairement vers la maturité....

    Disons que là où toi tu vois une évolution des personnages, moi j’y vois des incohérences flagrantes, et y’a pas mal de trucs dans l’écriture d’Uncharted, du 3 notamment, qui me poussent à croire que tout ça n’est pas très réfléchi. Les scénaristes décident de faire évoluer les personnages, mais sans rester fidèles à ce qu’ils sont, ou étaient dans les épisodes précédents.

    Sullivan par exemple, dans le 1 Drake doit souvent l’aider à trouver un chemin plus simple pour lui. Dans le 3 alors qu’il joue le gars trop vieux, il passe son temps à faire des cascades qu’on le savait incapable de réaliser dans le 1.

    J’aime bien les personnages, leur allure, leur style, etc. Mais j’arrive pas à les apprécier au-delà à cause de tous ces trucs qui à mes yeux ne fonctionnent pas, je ne parviens pas du tout à croire en eux .

  • Harold Jouannet Le 7 décembre 2011 à 15:24

    Je ne discute pas que le ton de la série est l’écriture des personnages soit plutôt léger. Je veux seulement mettre en avant qu’Elena a été très consciencieusement écrite pour être un modèle. Pas forcément le personnage le plus profond, complexe, crédible ou même attachant qui soit.
    Elle a des qualités de femme, son côté maternel, sensible et protecteur, sans avoir à rougir devant les hommes, son côté intrépide et action.
    Elle a des défauts et des moments de faiblesses mais juste de quoi rester "humaine".

    @Simon JB : j’ai du mal à voir en quoi le gameplay d’Elika est plus significatif que celui d’Elena, mais même si le personnage est plus profond, le monde de Prince of Persia était de toute façon bien trop fonctionnel et orienté gameplay pour que j’y accroche plus que ça. Elika peut parler de son royaume perdu et de ses sujets et tout, moi je n’y ai vu qu’un espace pour actions contextuelles.

  • Simon JB Le 7 décembre 2011 à 16:43

    Ce que je voulais dire à propos du PoP (ce n’était pas très clair effectivement) c’est que paradoxalement le caractère du personnage et sa relation au joueur se développait plus "in-game" que lors des cinématiques et dialogues (effectivement pas toujours réussis).

    Autrement dit le personnage "existe" plus pour moi, me semble plus incarné et plus tranchant parce qu’il y a quelque chose de l’ordre de la dépendance entre les deux héros et que cette dépendance s’incarne physiquement dans le jeu (porter la princesse dans ses bras, la voir venir sauver le prince, organiser une sorte de ballet acrobatique).
    Ce n’est pas simplement en se baladant dans un coin de l’écran tout en balançant des one-liner qu’elle existe, ce qui est le propre des personnages d’uncharted.

    L’image de fin d’article va il me semble dans la bonne direction, dommage que ce ne soit pas jouable.

    Plus généralement j’ai du mal avec l’idée que le jeu doive imposer une sorte de modèle du personnage féminin (qu’on associe j’imagine à une anti-lara croft). C’est peut-être là où l’incarnation ne prend pas dans Uncharted : avec la brune acerbe et la blonde engagée et têtue, le jeu convoque un imaginaire très stéréotypé (james bond...) qu’il fait semblant de dynamiter mais au fond s’approprie totalement.

  • Harold Jouannet Le 7 décembre 2011 à 18:10

    Je trouve que Drake est bien éloigné de James Bond quand même. Si on excepte Casino Royale (et probablement une poignée d’autres), James Bond c’est le Casanova insensible qui change de fille comme de chemise. Drake n’a pas vraiment ce genre de relations, et certainement pas avec Elena.

    Et je ne sais pas si le jeu doit imposer ce modèle du personnage féminin ou pas, mais je constate qu’il s’y essaie, et qu’il le fait selon moi très bien.

    Peut-être veux-tu dire qu’en cherchant à créer un personnage "parfait", on condamne la femme à être parfaite (comme les magazines féminins peuvent conditionner certaines à vouloir être mince), et donc on colle trop à une morale stéréotypée. Mais je me dis qu’un peu d’ambition ne peut pas faire de mal quand on regarde le traitement adolescent auquel ont droit d’autres personnages féminins (le design d’Ivy de Soul Calibur). C’est pas demain qu’on aura trop de Jade ou d’Elika.

  • salabert Le 9 mai à 13:25

    Si dans d’autres médias, voir la vie elle-même, les bimbos ou femmes fatales semblent plutôt brunes, en revanche, dans les jeux vidéos, "l’idéal feminin" est plutôt brune ! dans Uncharted, il y a Chloé... dans le 4, Nadin, un personnage fort, du côté des méchants est d’autant plus brune qu’elle est black... mais sinon, on pense aussi à Lara Croft qui a fait fantasmé beaucoup de joueurs... on ne compte pas le nombre d’héroïnes brunes... toujours chez naughty dogs, la jeune Ellie ! dans d’autres productions, on pensera à Faith dans "miror edge", Nilin dans "remember me", Madison paige de "heavy rain, Jodie de "beyond two souls" etc... en fait , peu de blondes à caractère forts, si ce n’est notre Elena ! Les brunes comptent pas pour des prunes, c’est sûr :D

  • salabert Le 9 mai à 13:30

    "si dans d’autres médias ou la vie elle-même les bimbos , femmes fatales sont BLONDES... alors que dans les jeux vidéos elles sont plutôt BRUNES..." et par extension, les personnages affirmés ou fortes...

Laisser un commentaire :

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

© Merlanfrit.net | À propos | web design : Abel Poucet