Underdogs Z Edition

Culpa Innata

Charmante dictature

Culpa Innata (2007) est le premier et dernier jeu vidéo développé par la société Momentum. Techniquement boiteux, ce jeu d’aventure allie le kitsch assez Z de hackers qui communiquent par projection astrale à un discours décalé sur le sexe, les rapports hommes/femmes et la politique. Il dépeint une dictature douce et ambigüe, laissant le joueur se débrouiller pour savoir quoi en penser, et propose un gameplay très libre, non linéaire pour l’explorer.

L’univers de Culpa Innata n’est pas une utopie de science-fiction, c’est une projection : comment sera notre monde dans quarante ans s’il continue d’évoluer selon les tendances actuelles ?

Culpa Innata met en scène une société « parfaite » dans laquelle le crime a été supprimé, et où les citoyens vivent en harmonie, chacun selon son mérite. Les gens sont évalués, notés et répertoriés dans un diagramme pyramidal intitulé « Index de Développement Humain », en fonction de leur quotient intellectuel et de leur contribution à l’économie. L’objectif de chaque personne est d’évoluer toujours plus haut dans cette pyramide sociale. Ne pas faire ce qu’il faut pour développer son capital personnel, c’est une faute, voire un délit pour lequel on peut être dénoncé. La notion de famille a été abolie et remplacée par un système d’éducation d’Etat optimisée pour obtenir les meilleurs citoyens possible. Même la police se doit de se restreindre dans ses actions pour ne pas entraver la bonne marche du commerce. L’idée de couple ou de mariage n’existent plus non plus : il est de règle d’avoir plusieurs partenaires sexuels, et de ne jamais accorder d’exclusivité à personne.

Pas de passion, pas de colère. Ceux qui transgressent ces lois se voient déportés dans les « Etats-voyous » qui ne font pas partie de la « World Union » (qui consiste en gros en Amérique, Europe et Australie). Là-bas les gens vivent encore comme des barbares qui s’entretuent, se marient et élèvent eux-mêmes leurs enfants dans la pauvreté et la violence. La vraie vie, quoi.

Dans le rôle désagréable du flic un peu fascisant...

La dynamique du jeu repose sur la confrontation de ces deux univers. On incarne en effet Phoenix, agent du gouvernement, qui mène une enquête pour meurtre. Ce n’est d’ordinaire pas dans ses attributions, puisque justement il n’y a plus de meurtres depuis des années. Elle travaille pour le service de l’immigration : elle fait passer des interrogatoires aux candidats à la naturalisation, qui doivent justifier d’un indice de « Développement Humain » suffisant, mais aussi apporter les preuves qu’ils adhèrent sans réserve à l’idéologie de la World Union. Le joueur doit régulièrement s’acquitter de cette tâche en conduisant les interrogatoires : choisir les questions, surveiller les réactions de l’immigrant grâce au détecteur de mensonges. Il faut les cuisiner pour être sûr qu’ils sont prêts à couper définitivement les liens avec leur famille, ou qu’ils n’ont pas de loisirs trop asociaux, comme l’informatique. Ces passages qui nous mettent dans le rôle désagréable du flic un peu fascisant sont parmi les plus intéressants du jeu.

Un système original d’agenda libre et de dialogues à timing limité

Cependant au moment où le jeu commence il y a effectivement eu un meurtre : celui de Bogdanov, citoyen fraîchement naturalisé. Il est mort lors d’un voyage d’affaires à l’étranger, dans des circonstances fumeuses. C’était pourtant un immigré bien intégré, dont personne ne soupçonnait les origines, et qui avait quitté sa Russie natale pour ouvrir une boutique de « choses » : sortes de bibelots de luxe ou de statuettes produisant hologrammes et effets lumineux, totalement inutiles – tout un symbole. Phoenix doit donc enquêter sur cet homme et découvrir s’il était réellement devenu un citoyen modèle, ou bien si son assassinat est lié à son ancienne culture. Pour ce faire, elle ne dispose d’aucune des méthodes de la police scientifique puisque celle-ci a cessé d’exister faute de criminalité. Et de toute façon la scène du crime est à des milliers de kilomètres. Non, tout ce que Phoenix peut faire c’est interroger les collaborateurs et amis de la victime pour tenter de comprendre qui il était. Culpa Innata repose sur un système de dialogues à timing limité assez original, et qui rappelle dans l’esprit ce que prônera Swery65 avec Deadly Premonition : laisser au joueur la liberté de son emploi du temps.

Le temps passe, les journées se suivent : le soir Phoenix ne peut plus importuner les gens et doit rentrer chez elle, remettant au lendemain ce qu’elle n’a pas eu le temps de faire. Mais ce n’est pas grave, les objectifs n’ont pas de limite temporelle ou de priorité, ce qui laisse au joueur la possibilité d’organiser son enquête à sa guise. Selon la loi en vigueur, il est interdit de nuire au commerce : Phoenix ne peut poser que quelques questions à chaque employé de magasin ou de bar afin de ne pas le détourner des clients. Il faut bien choisir ce qu’on veut demander et comment aborder le sujet pour obtenir des informations avant de se faire rembarrer. C’est réellement l’un des points forts de Culpa Innata.

Le jeu ne donne pas d’objectifs liés à la Résistance, c’est au joueur de sortir des rails pour la découvrir

Le soir venu, Phoenix quitte son uniforme, elle peut regarder la télé, rejoindre sa meilleure amie dans un bar ou aller danser. Ou même errer dans les rues la nuit et s’interroger sur la signification de mystérieux messages laissés sur des affiches. L’alternance journée de travail / soirée en civil crée un rythme familier, et permet de percevoir le quotidien de cette semi-dictature : la vie y est tranquille et réconfortante, et pourtant le malaise n’est jamais loin. Phoenix avoue à sa confidente qu’elle ne trouve aucun plaisir dans les relations sexuelles qu’elle entretient pour les convenances. Elle découvre des immigrés qui entretiennent un mariage clandestin, ou des notables hors-la-loi protégés par les autorités… La mort suspecte de l’un d’eux en plein orgasme met Phoenix sur la piste d’un vaste trafic d’appareils de « réalité virtuelle » : ceux qui en ont les moyens fuient en pensée cette société trop stable, quitte à en mourir de plaisir.

Oui bien sûr, cette société parfaite n’est qu’un masque sous lequel grouillent la corruption et l’injustice. C’est ce que ne manquera pas de comprendre l’enquêtrice, et son univers finira de basculer complètement lorsqu’elle découvrira en plus l’existence d’une « Résistance » secrète établie dans une sorte de dimension parallèle. Cette découverte cependant est complètement facultative : c’est encore l’un des points forts du jeu. Le joueur peut se contenter de faire son travail sans rien voir, en bon agent gouvernemental, ou bien décider de sortir le soir pour enquêter librement. Le jeu ne donne pas d’objectifs liés à la Résistance, c’est au joueur de sortir des rails pour la découvrir. C’est uniquement par la volonté du joueur que Phoenix pourra frôler les limites de son monde et apercevoir l’envers du décor.

"Culpa Innata" ou "péché inné" : le titre se réfère au péché originel, c’est à dire la désobéissance à Dieu, le péché de connaissance du Bien et du Mal, la conscience autonome. Au joueur de décider à quel point Phoenix perdra son innocence et prendra conscience de la nature de son monde. La thèse du "péché inné" affirme aussi l’idée que l’humanité hérite de cette culpabilité originelle et est incapable d’être fondamentalement bonne. C’est une question classique du genre de l’utopie, qui prend un malin plaisir à démontrer comment le plus parfait système finit par s’écrouler sous le poids des égoïsmes. Culpa Innata a le mérite de s’intéresser davantage au système qu’à la chute (au contraire d’un Bioshock par exemple).

De nombreux éléments de mise en scène de cette société futuriste reposent sur la sexualité

De nombreux éléments de mise en scène de cette société futuriste reposent sur la sexualité : interdiction du mariage, infidélité obligatoire, mais aussi inversion des rapports hommes/femmes. La plupart des chefs sont des femmes par exemple, et surtout il est très mal vu pour les hommes de draguer : c’est immédiatement considéré comme un signe de faiblesse et de vulgarité. Seules les femmes prennent l’initiative et décident de leurs partenaires.

C’est là que le propos du jeu devient un peu ambigu. On a une dictature dirigée par des femmes en majorité, dans laquelle la violence a été éradiquée, dans laquelle les femmes ont accès à la contraception et ne sont liées à aucun partenaire, n’ont aucun devoir de maternité ou d’éducation des enfants, dans laquelle elles peuvent se promener seule la nuit sans peur et aller seule en discothèque. Personnellement, j’avoue que cette dictature m’a semblé relativement désirable. Tout ceci est-il à mettre sur le même plan que la police de la pensée ou l’étalonnage des êtres humains selon leur capital économique ? Après tout, l’autonomie sexuelle des femmes a été présentée comme un élément de sociétés autoritaires ou utopistes depuis au moins Le Meilleur des Mondes d’Huxley (1932), avant d’être reconnu comme quelque chose de positif. Ici il est difficile de dire si le jeu incite à condamner tout ce modèle de société en bloc, mais ce n’est peut-être pas le cas. Si cet univers est censé être une simple projection de notre avenir, alors tout n’est pas forcément à jeter. On a en tout cas un univers qui n’est pas tout blanc ou tout noir, et le parcours de Phoenix nous pose pas mal de questions passionnantes.

Culpa Innata, développé par une boîte de R&D installée sur un campus technologique d’Istanbul, a beau souffrir d’une 3D grossière et plonger allègrement au fin fond de l’uncanny valley avec son moteur de rendu des visages, il possède un style kitscho-futuriste charmant, et des idées de gameplay assez uniques. L’audace des thèmes abordés est surtout remarquable, alors que bien des jeux d’aventure se contentent d’être gentiment loufoques. Pour cela il mérite vraiment d’être redécouvert. Malheureusement la suite, qui était en développement, ne verra sans doute jamais le jour. Il nous reste à attendre 2047 pour voir si le monde évoluera comme Culpa Innata le prédit.

Il y a 16 Messages de forum pour "Charmante dictature"
  • bleubleu Le 30 octobre 2012 à 09:46

    Voilà qui donne bigrement envie !

  • Martin Lefebvre Le 30 octobre 2012 à 09:58

    J’avoue que pour ma part j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans Culpa Inata même si Sachka m’avait donné envie d’y jouer. L’univers est intrigant, mais les contrôles sont atroces, et les cinématiques sont à la fois bavardes et Z dans mon souvenir.

    Raison de plus pour apprécier un papier consacré à un jeu dans lequel j’aurai jamais le courage d’avancer. :)

  • Tony Le 30 octobre 2012 à 12:33

    Merci Sandra, super intéressant ! Le message du jeu parait super réac’ présenté comme ça, je ne vois pas trop ce qui permet de le nuancer... Il y a quand même un sous-texte religieux... En gros une société patriarcale, où chacun réprime son désir sexuel, où les femmes assument leur rôle de mère, est présenté comme idéale... Trop de liberté sexuelle, en particulier pour les femmes, semble tuer le désir. Peut-être que je me trompe, mais le jeu a probablement été réalisé par des mecs et ils ont l’air particulièrement conservateurs et religieux parce que le message a l’air particulièrement construit... Bref une idéologie aussi transparente que les grandeurs beauf-bourgeoises de David Cage

  • HalfGeff Le 30 octobre 2012 à 13:32

    Tony >
    Comme écrit dans le texte :
    "Si cet univers est censé être une simple projection de notre avenir, alors tout n’est pas forcément à jeter. "
    La révolution semble emprunter les voies que tu décris, mais n’est-ce pas la réaction logique que pourrais avoir une opposition à cette utopie (dans ce cas précis).
    Les développeurs, sans forcement défendre les idées des révolutionnaires, cherchent juste (à mon avis) à décrire un phénomène vraisemblable. Et franchement je trouve leurs prédiction plutôt pertinente.

  • jaunmakenro Le 30 octobre 2012 à 13:53

    Chouette article !

    Ça donne à la fois très envie d’y jouer et l’impression que tous ce qui est intéressant dans le jeux est déjà dans l’article... donc a quoi bon se taper les contrôles et cinématique atroces décrite par Martin...

  • Tony Le 30 octobre 2012 à 14:04

    Ben une description n’a jamais rien de neutre, elle part toujours d’un message, sinon des représentations de leurs auteurs... Par ex. le jeu cible l’Amerique, l’Australie et l’Europe comme complices de la dictature soft, quand on connait la position politique de la Turquie ça interpelle... Ce n’est pas banal pour un pays pro-occidental comme la Turquie. Ce que je veux dire, c’est que le jeu diffuse une position très minoritaire en Turquie et cette position n’est certainement pas celle de la minorité privilégiée, conservatrice kemaliste qui a perdu le pouvoir... Pour moi, c’est un jeu qui dénonce "l’occidentalisation" "rampante du mode de vie de la Turquie mais avec une certaine subtilité...

  • Sachka Le 30 octobre 2012 à 14:13

    Les contrôles sont pas top mais personnellement je m’y suis faite et ça ne m’a pas posé problème. Il y a quand même beaucoup de choses à découvrir dans ce jeu, je n’ai fait qu’en effleurer les points forts. :)

    J’aurais bien aimé pouvoir mettre les thématiques en perspective avec la situation de la Turquie, mais j’avoue que je n’y connais pas grand chose. Je sais juste que le jeu s’inspire d’un livre écrit par une philosophe fameuse là-bas. D’ailleurs je vais rajouter un lien vers une ITW des dévs.

  • Tony Le 30 octobre 2012 à 14:51

    Le jeu est inspiré d’un écrit de Alev Alatlı, une économiste proche de la droite conservatrice islamique au pouvoir : http://en.wikipedia.org/wiki/Alev_A...

    http://en.wikipedia.org/wiki/Alev_A...

    "Since 2002, she wrote bi-weekly a column in the conservative newspaper with a moderate Islamic worldview Zaman. In February 2008, an article of her on the women’s Islamic headgear turban was not allowed to be published by the newspaper’s editor-of-chief with the argument "our readers are not ready for that".[2] A book published in 2003 under the title "Şimdi Değilse, Ne zaman ?" (If not now, when ?) brought out a collection of her articles appeared in the newspaper Zaman."

    Ne pas se fier aux apparences ou à wiki, le journal n’est pas forcément un journal "islamiste". La droite islamique au pouvoir en Turquie est nettement préférable au régime kemaliste qui tient encore l’université et l’armée en Turquie, ne serait-ce que parce qu’elle a institué des minimas sociaux et ouvert la question kurde... Il faut regarder ce jeu par rapport au débat interne en Turquie...
    Et c’est peut-être là là où le bat blesse car je pense que l’auteur fait partie de la frange plutôt de droite de la majorité au pouvoir, et qu’elle revient sur des acquis importants du kemalisme comme la laïcité, ou les droits des femmes... Une vision qui est loin d’être progressiste et semble plutôt flippante.

  • Pierrec Le 30 octobre 2012 à 18:38

    J’ai été tenté par le jeu à la lecture de l’article, je le suis encore plus à la lecture de ce dernier commentaire. Tout ceci m’a l’air fort "intéressant" du moins !

  • Laurent Jardin Le 31 octobre 2012 à 08:55

    Si je me doutais qu’un jeu de la théma Z déboucherait sur une discussion sur la situation politique de la Turquie, en effet... ^^

  • Tony Le 31 octobre 2012 à 11:26

    Cherchez pas, c’est ma lubie ;)

  • Martin Lefebvre Le 1er novembre 2012 à 18:50

    Tant qu’on se fait pas trojaner le site par des hackers turcs, tout me va. ;)

  • Tony Le 1er novembre 2012 à 21:09

    ben y’a des chances dans la mesure où l’article encense qqu’un qui parait plutôt du bord opposé aux nationalistes turcs qui ont bien attaqué PJ :))

  • Westeetee Le 3 novembre 2012 à 10:20

    Rien que pour la richesse apparente du discours, au delà de l’orientation politique de celui-c, ça mérite de s’y intéresser. C’est à peu près ce dont je rêve pour les jeux vidéos, qu’ils se mettent enfin à parler de thèmes plus adultes, politiques, sociaux, psychologiques, mais bon vu le niveau moyen du blockbuster AAA ou de ses cousins moins fortunés, ça ne semble pas gagné en occident...

  • Martin Lefebvre Le 4 novembre 2012 à 17:55

    Mais les blockbusters AAA parlent de thèmes politiques, sociaux, psychologiques... Pas toujours consciemment, mais ils le font.

  • Laetitia S. Le 7 décembre 2012 à 04:01

    Je trouve que l’originalité de l’utopie (ou de la dystopie ? ca dépend du point de vue) dépeinte dans ce jeu est à souligner. L’éclatement de la famille et de la prison me font penser à la disparition des paradigmes de l’enfermement dénoncés par Foucault, ce qui est à mettre en parallèle avec la liberté laissée au joueur dans ce jeu, puisque justement tu dis qu’il n’est pas linéaire mais très "libre". Bref, sans pour autant dire que ce modèle politique est bon ou mauvais, tout cela fait réfléchir. Quant est-il des modèles économiques ? Est-ce une société plutôt de type organique ou de type mécanique (Duhem) ? Est-ce que les sociétés (SARL, etc.), les auto-entrepreneurs, le portage salarial, le chômage existent ?

Laisser un commentaire :

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

© Merlanfrit.net | À propos | web design : Abel Poucet